Musique et cheval

La musique est une des plus anciennes formes de communication, parmi les plus archaïques. La voix aussi est un son, une musique. Le son produit par des matériaux, vivants ou inanimées, est aussi onde, énergie, signal… Dans ces ateliers nous voulons expérimenter tout ce que la musique et le son peuvent nous permettre d’explorer avec le cheval. On pense les chevaux sensibles à la musique ? Nuno Oliveira montait tout les matins ses chevaux au son des opéras de Verdi.

“Les gens ne comprennent pas que monter des chevaux était la seule façon que j’ai trouvé d’écouter de la musique (…) J’ai trouvé ma profession afin de pouvoir écouter ma musique en paix.”
Nuno Oliveira, extrait du documentaire vidéo “report with Tomaz Alarçao at Quinta do Brejo – last student of Master Nuno Oliveira “

En paix… C’est bien tout ce à quoi la musique peut nous inviter. Créer un espace pour soi, pour l’autre, qui nous relie et nous invite à une danse, car nous sommes deux pour l’apprécier.

Le cheval et l’humain peuvent-ils connaitre un terrain d’entente, une zone de communication au delà des mots par la musique ? C’est ce que nous aimerions expérimenter dans ces ateliers, que nous souhaitons ouvrir prochainement au plus grand nombre.

Natacha, musicothérapeute et sophrologue, a sorti de sa besace un tas d’instruments pour tester les réponses des chevaux à de nouveaux sons. Nous avons commencé par tester ces instruments autour du rond de longe, pour observer les réactions des poneys.

Anne – propriétaire de l’écurie des Cabanelles – et Denis – notre maître clown – se prêtent au jeu du concerto pour chevaux. Nous sommes nous-même un peu subjugués par la possibilité d’entrer en communication via des sons  !

En réponse…  De la curiosité, de la surprise… et finalement une volonté de participer ! Pour l’instant ce sont les sons de percussion, avec de la résonnance, qui semble trouver le plus grâce aux yeux de nos équidés mélomanes… Mais pas les clochettes, s’il vous plaît ! Ca tinte trop haut pour nos oreilles sensibles !