Chloé Mulier

Mon parcours

Passionnée de chevaux depuis l’enfance, la vie m’a réservé bien des détours avant de pouvoir revenir à mes premières amours. J’ai choisi de mettre entre parenthèses ma passion pendant mes études. Après des masters en économie et écologie, j’ai soutenu une thèse en économie de la biodiversité en 2015.

Entre deux contrats de recherche, je me suis formée à la voltige cosaque, et ai été recrutée durant 9 mois dans un cirque équestre comme palefrenière et cavalière voltigeuse. Cette expérience particulière et passionnante m’a confortée dans mon envie de poursuivre mon parcours avec les chevaux.

A mon retour fin 2014, mon chemin a croisé celui d’Utopia, une jument lusitanienne de 6 ans avec laquelle je partage depuis mes aventures équestres. On ne rencontre jamais son cheval par hasard : son extrême sensibilité venait évidemment complètement en écho à la mienne, et nous cheminons désormais ensemble vers une meilleure compréhension mutuelle. Grâce à elle, j’entreprends depuis 2015 un voyage enthousiasmant, à la fois vers le cheval et vers moi-même.

Afin d’aller vers davantage de cohérence dans ma relation au cheval et dans mon propre rapport au corps, je me forme de manière assidue au Taichichuan, au Qigong et à la méditation à l’école ITCCA de Montpellier. Je pratique également un Qigong de la verticalité et de la profondeur anatomique avec Catherine Charmoy, élève de Godelieve Denys Struyf, kinésithérapeute pionnière sur les chaines musculaires.

Mes recherches et les rencontres m’ont également mises sur la route de Monica Goold, thérapeute équin formée à la méthode Masterson et en iridologie; elle m’a ouverte au monde subtil du massage pour les chevaux ou “equine bodywork”, basée sur une écoute fine, la présence dans la neutralité et une attention aux signaux très fins de réponses et de relâchement du cheval. J’approfondis avec elle mon travail sur l’écoute du mouvement des fascias et des tissus cicatriciels, ainsi que le travail de ressenti énergétique

Je me suis également formée au parage naturel avec Guillaume Parisot pour mieux comprendre les implications de l’anatomie du pied sur les répercussions physique sur les membres et le corps du cheval dans son ensemble. Et pouvoir enfin franchir le cap en 2017 de mettre ma jument pieds nus !

Depuis octobre 2019, je suis praticienne de la méthode “Trust Technique“, développée par James French en Angleterre, décerné par le Crossfield Institute.

https://trust-technique.com

Cette méthode consiste à accompagner l’animal vers un apaisement émotionnel et mental, comme pourrait le faire une méditation. Se connecter au moment présent est un puissant révélateur des états internes de l’humain comme du cheval;  l’enjeu est toutefois d’être capable de considérer pleinement l’animal dans ce qu’il a à exprimer, et en l’invitant avec douceur à pacifier progressivement son mental. C’est donc un outil précieux pour le thérapeute comme pour toute personne cherchant à aller vers davantage d’authenticité avec son animal. Je posterai régulièrement des vidéos pour essayer de vous faire découvrir ce travail extraordinaire.

Depuis la fin de ma thèse, je suis chercheur associée en économie dans un laboratoire de l’INRA sur les questions liant animaux et travail. En octobre 2018, ce même laboratoire m’a recrutée en contrat de recherche sur la question de la (les) valeur(s) de la présence de chevaux en ville. Cette dimension relationnelle, ce que le cheval peut apporter à l’humain en général, même dans une collectivité, est un sujet qui me passionne et qui viendra nourrir ces différents axes de travail.

C’est la rencontre avec ces différentes approches, et mon goût pour la recherche et l’expérimentation autour de la relation aux animaux, qui m’a amenée à créer l’association Eqipona en 2018. Cette association contribue à rapprocher des disciplines différentes autour de la relation aux animaux, avec pour fil directeur notre énergie de vie individuelle et commune.

C’est aussi dans le cadre d’Eqipona que j’exerce mon activité de praticienne en Trust Technique.